13l paraît que les conflits des  générations sont éteints ou presque. Du moins des sociologues sérieux l`affirment. Serait-ce parce que les générations d`aujourd`hui sont moins nombreuses que les générations contestataires de la fin des années 60? L`explication statistique ne séduit guère. Une autre paraît plus probable.
Les jeunes d`aujourd`hui n`attendent plus grand chose de leurs aînés, incapables ou plutôt inpuissant à leur proposer un avenir et encore moins à l`imposer. Les parents, de leur coté, qu`ils se soient convertis à la non-directivité d`avant-hier, au libéralisme d`hier, ou à l`autoéducation, ont tendance a nous laisser vivre ou survivre à notre guisse. Mais le conflit classique parents-enfants s`est modifié: on le retrouve à présent comme un conflit enfants-parents où les premiers reprochent aux seconds leur absence, leur refus d`exercer une autorité qu`ils aimeraient contester, mais qui les rassurerait par son existence même. L`indulgence des parents exige des enfants héroïques.
Bien des enfants d`aujourd`hui se promettent sans le cacher d`être des parents sévères... Retour en arrière? La sévérité de demain ne sera pas semble-t-il, celle d`hier ou d`avant-hier. Tels ou tels changements dans les mœurs ou les habitudes sont probablement, irréversibles. Mais si son application risqué de n`être plus celle de jadis, le retour de l`autorité familial n`en est pas moins un souhait et peut-être une nécessité.  

Prof. Bran Simona – Andreea
Colegiul Naţional “Ion C. Brătianu”, Piteşti
(Postat decembrie 2016)

Scoli mediul rural

Scoli mediul urban

PUBLICITATE

Go to top